Section Campignard : le roman photo est en cours de mise en ligne

Accueil Le campignard Réparation des points de rouille La soute à batterie
La soute à batterie PDF Imprimer Envoyer

Il s'agit du seul point de rouille " perforante " visible immédiatement. Mais expérience aidant, pour le prochain achat la trace lors de la visite sera bien plus efficace et éclairée (d'ailleurs, j'ai déjà adopté cette nouvelle approche lors des recherches d'achat d'un châssis pour faire une remorque porte voiture Sourire).

 

Voici donc l'état initial....

Jusque là, rien de bien méchant, mais en s'approchant un peu...

La croute est craquelée....

Et en grattant les dégâts prennent de l'ampleur.

En fouinant bien, on trouve d'autres petits tracas. D'où le changement d'optique et la réalisation de l'aménagement après une restauration intégrale de la base pourtant saine et bien propre au premier abord. Au passage, si vous avez un châssis qui a été galvanisé, n'y allez pas en toute confiance, la rouille peut très bien être présente et se former en dessous (cloques et autres boursouflures devant vous mettre la puce à l'oreille). J'en ai fait la triste expérience..... Triste

Et dans le soucis d'une restauration correcte, les montants sont également vérifiés à la brutale : coup violent de gros tournevis jusqu'à décelé une légère faiblesse qui sera aussitôt amplifiée en grattant au maximum ; d'où les gros trous au final alors qu'à la base c'était à peine la largeur d'un crayon de papier...

Du coup, il ne reste pas trente-six solutions : on coupe et on ressoude.

Le montant y passe aussi...

Et finalement la plaque de font disparaîtra également sur toute sa longueur.

Afin d'avoir des raccords bien droit, on pend appui sur la partie saine existante.

Quelques baguettes plus tard...

Il reste encore quelques coup de meuleuse pour faire propre.

Et un bon coup de frameto avant passage de l'antirouille et de la peinture finale.

 

Par contre, dans la bataille, le système de coulissement du support des batteries y a laisser la vie. Les glissières ayant aussi été touchée plus ou moins par la rouille (sans compter l'usure de certaines cages à billes des roulements à billes coulissant), dans l'immédiat, on pare au plus simple avec l'installation de deux tubes.

Avec un peu de graisse, ça glisse tout seul même avec les batteries Complice.

Il restera bien le système de retenu des batteries pour éviter qu'elles ne sautent lors du passage dans un nid de poule (bon, il en faut un gros vu le poids des batteries, mais bon...)

Toujours dans l'esprit de faire simple, reprise du système d'origine de maintien des batteries au support : un vulgaire morceau de bois exotique entre deux longs boulons.

Par contre, l'arrêtoir en position de fin de course a été découpé de la plaque malade et remis en place. La petite goupille venant éviter un glissement intempestif des batteries. Mais bon, vu leur poids et le système mis en place, aucun risque qu'elles ne basculent dans un virage sans le système de blocage.

Voilà, tout beau tout neuf Cool

Mise à jour le Jeudi, 15 Avril 2010 23:55
 
Bannière
Copyright © 2019 CarYbus, le caribou qui s'est construit sa maison à roulette. Tous droits réservés.
Joomla! est un logiciel libre sous licence GNU/GPL.